Dernières actualités

Lot-et-Garonne : la colocation s’adapte au troisième âge 47057 47147

A la recherche de compagnie ou pour faire quelques économies, des seniors optent pour la colocation. Le concept arrive doucement dans le département. Non, les étudiants n’ont pas le monopole de la colocation. Ce mode de vie existe aussi à la sauce senior où les soirées festives laissent place à des temps plus calmes.
Si la colocation intergénérationnelle entre personnes âgées et étudiants est aujourd’hui répandue, le partage d’un logement entre seniors surprend davantage. Les raisons d’y céder passé la cinquantaine sont d’ailleurs similaires à celles des jeunes étudiants : fuir la solitude et faire des économies grâce au partage des frais. Cette vie en communauté se veut aussi rassurante et se présente comme une alternative à la maison de retraite , parfois redoutée.

La rédaction vous conseille Infographie.
Les tarifs des Ehpad de Lot-et-Garonne à la loupe. Cette solution a séduit Danielle Lefort et son mari, propriétaires à Saint-Étienne-de-Fougères. Depuis vingt ans, le couple tient un gîte dans un ancien bâtiment de ferme restauré et situé sur le même terrain que leur maison. Mais aujourd’hui ils souhaitent changer de formule. « J’ai bientôt 80 ans et je ne peux plus gérer cette charge de travail. C’est pourquoi j’ai pensé à le proposer en colocation pour des seniors, afin de proposer une solution de retraite agréable », raconte la septuagénaire. En retrait du village, la bâtisse est composée de trois chambres et donne accès à la piscine chauffée ainsi qu’à la salle de billard. Pour autant, Danièle Lefort fait pour l’heure chou blanc : « Soit je suis trop en avance, soit je n’ai rien compris. »
La demande se fait attendre Malgré le manque de candidats pour l’offre de ce couple, la colocation entre seniors va se développer dans le département. Deux permis de construire ont été accordés pour des résidences âges & Vie à mi chemin entre maison de retraite et maintien à domicile.
Après s’être développé en Bourgogne-Franche-Comté depuis 2008, ce concept essaime sur l’ensemble de la France. À Castillonnès et Lévignac-de-Guyenne, quatre maisons doivent ainsi accueillir chacune huit résidents dépendants qui bénéficient de l’aide de trois auxiliaires de vie. Au rez-de-chaussée, huit chambres de 35 m² et une grande pièce à vivre sont prévues pour accueillir les personnes âgées. à l’étage, un logement est réservé à l’un des salariés et sa famille.
« C’est une colocation inspirée d’une famille d’accueil. Les auxiliaires de vie prennent soin des résidents et réalisent les tâches ménagères, mais chacun est ici chez soi et peut mettre sa main à la pâte », détaille Éric Laffargue, responsable du développement régional pour la Nouvelle-Aquitaine. Ces résidences devraient sortir de terre durant l’été 2020. Habitat à la recherche de compagnie ou pour faire quelques économies, des seniors optent pour la colocation. Le concept arrive doucement dans le département.

www.sudouest.fr - 28 mai 2019

Photos

Nous sommes très attentifs à recueillir l'accord des personnes concernées avant publication des photos. En cas d'erreur, nous nous engageons à retirer toute photographie sur simple demande de la personne concernée.

Revue de presse









 

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

(nous nous engageons à ne pas communiquer ces informations à aucun tiers)
Votre principal centre d'intérêt :
venir habiter en domicile partagé
venir travailler chez Ages&Vie
investir chez Ages&Vie

Votre commentaire éventuel :